Merci Alain!

Alain Guillet est arrivé dans l’équipe en 2014. Ce recrutement  au sein de l’Association des Amis du Monastère à l’époque, puis de la SCIC, répondait à deux besoins : celui d’accompagner l’important projet de travaux de restauration de l’Ancien Monastère et celui de poursuivre la mission de suivi des plannings de l’équipe, précédemment gérée par Stéphane Hugand.

En 2016, le choix a été fait d’adjoindre aux travaux de toiture une dimension de transmission de savoir, savoir-faire, d’implication de volontaires, en complicité avec l’entreprise de charpente Bérard. La présence d‘Alain a largement participé à insuffler ce volet social au chantier. En effet, éducateur de formation, et ayant eu un parcours jalonné d’expériences en insertion sociale avec des applications travaux en bâtiment, Alain a eu la confiance du conseil d’administration pour engager ces travaux. A  la fois urgents et stratégiquement essentiels pour que le lieu puisse continuer à accueillir, ils constituaient la première pierre du projet de développement de 25 ans écrit et voté par les associés en 2016.
C’est à ce moment là que la  « commission bâti » animée par Alain a vu le jour avec la collaboration active d’administrateurs bénévoles. Le challenge était lancé : gérer un chantier de 152 jours avec une participation bénévoles. L’aventure humaine était au rendez-vous, cela a beaucoup plu à Alain qui s’est fortement engagé, sans compter ses heures.
Quant à sa mission de gestion des plannings de l’équipe qui se concentre sur la période d’accueil en séjours, elle a de fait évolué avec le développement de l’activité de la SCIC.
Au départ plutôt saisonnière, l’activité s’est étalée progressivement de 6 à 9 mois. Un nouvel enjeu est apparu : celui de pérenniser les emplois, d’adapter les embauches, d’améliorer les conditions de travail, etc. Bref, Alain a peu à peu pris en charge la délicate mission de gestion des ressources humaines. Guidé aussi par cette orientation choisie d’une approche coopérative, Alain a déployé sa capacité d’écoute et son souci de partage et d’équité auprès des salariés.
C’est aussi Alain qui a ouvert l’accueil au « Wwoofing » ayant constaté un besoin de temps pour entretenir et valoriser les jardins. De nombreux et beaux visages se sont succédé à l’Ancien Monastère, autant d’occasions de rencontres humaines.
Jusqu’à arriver fin 2019, une année jugée très positive par Alain d’un point de vue humain notamment. Année également de sa décision de passer à autre chose, comme la fin d’un cycle.
Un goût d’aboutissement de ses missions en restauration de bâti, passées les grandes phases de rénovation des toits et de la cour, les travaux d’accessibilité et de sécurité incendie, les aménagements divers avec les artisans locaux, l’accueil de chantiers GRETA, Aplomb, la maintenance des jardins, la référence de la culture… L’Ancien Monastère, il le connait dans les moindres recoins !
Son souhait aujourd’hui c’est de voir perdurer ces valeurs liées à la dynamique coopérative, le partage des responsabilités, ce qui s’est vécu ces derniers mois avec la participation conjointe de salariés et d’administrateurs sur l’organisation humaine pour la suite…
En ce début 2021, il consacre du temps à la passation de ses connaissances et savoir-faire :
« C’est fort pour celui qui donne et fort pour celui qui reçoit ».

Et ce travail de coordination en trio avec Frédéric et Caroline ? A-t-il trouvé un bon équilibre ?
Alain a déployé beaucoup d’énergie, trop ? Le résultat est là : Il a permis la construction d’un conseil d’administration dynamique et des commissions bien investies.
Pour son départ, pas de grosse fête au programme, vues les circonstances. Mais il a bien l’intention de prendre du temps avec chacun lors d’un moment plus personnel et tout aussi convivial!.. Il reste de toutes façons proche du projet et de la vallée de Quint.
Propos recueillis par Caroline dans le cadre d’un entretien avec Alain. 12-01-21